Entre chien et louve.

Fugace sensation d’un bonheur parisien fantasmé.

Danton, immortel totem des rencontres du quartier latin, héroïque défenseur de l’humanité, nous nous sommes retrouvés à ses pieds, muets et le regard ardent. Ce long échange de tendresse, de complicité fraternelle, se faufile déjà à fleur de peau, s’infiltrant dans nos veines, se lovant dans la mémoire… l’orateur se nimbe d’humeurs crépusculaires, repoussant les noires pensées.

Le temps tricote des minutes savoureuses, le jour n’en finit pas de fricoter avec la nuit, en chien et louve bleuies de lune et soleil emmêlés. La rue Monsieur Le Prince nous appelle silencieusement ; dans l’ombre veloutée, s’épanouissent des odeurs subtiles de pain, de poussière d’asphalte carbone, relevées d’une note de vétiver et de rose fanée. Chien et louve, l’heure sublime de tous les possibles où s’estompent l’agitation humaine, les stridences automobiles et les vulgaires inepties. Chien charmeur, louve farouche. Louve et chien au poil doucement hérissé d’étoiles, avant que ne s’allument les réverbères, les vitrines et les phares aveuglants. Chien et louve, saveur de bois sauvage, d’humus camphré.

Chien et louve. Je suis la louve, fidèle en amitié et dévoreuse de sensations, glissant sur le pavé parisien pour te réconforter, avant de retourner vers la forêt.

©IdR – 2017